Comment j’ai soigné (et soigne encore) mon infobésité

images

Les médias sociaux dans leur ensemble sont une telle source d’informations diverses et variées que, comme tout un chacun à un moment ou à un autre de son existence 2.0, j’ai cédé à l’infobésité.

Lorsque j’ai commencé à faire de la veille sur les médias sociaux, j’ai décidé de systématiquement transmettre via mes différents profils toutes les informations que je recevais. Si pour moi, l’optique était bel et bien le partage de mes sources, un ami m’a fait rapidement remarquer que je diffusais beaucoup trop d’informations.Bref, je souffrais d’un mal bien connu : l’infobésité.

Tout à commencé, je pense lorsque j’ai découvert Scoop.it. Un outil de curation incroyable que j’utilise toujours pleinement aujourd’hui (son ergonomie me plaît). Un outil tellement magique au premier abord qui, s’il est bien paramétré vous ramène énormément d’informations. A tel point que je décidais de le synchroniser avec mon compte Facebook. Croyant bien faire…

C’est alors que j’ai eu plusieurs retours selon lesquels je monopolisait le mur de certains de mes camarades car trop d’informations chaque jour. C’est grâce à ces retours que j’ai décidé de me mettre au régime. Diffuser de l’info certes mais de qualité et à des moments choisis.

J’avais heureusement déjà bien en tête ma stratégie de diffusion (mis à part ma curation) : sujets sur la relation clients sur Twitter, marketing sur Facebook, emploi/RH/Management sur Viadeo et LinkedIn.

Mais mes parutions sur Facebook faisaient doublon avec les parutions de mon Scoop.it (via l’application Facebook), il a donc fallu que je réfléchisse à une autre manière de procéder.

J’ai donc opté pour la prescription médicale suivante : conserver mes informations utiles, les sélectionner plus qualitativement, et ne les diffuser qu’une seule fois par le biais de mes différents profils.
J’ai récemment créé ce blog autour des médias sociaux et diffuse plutôt par ce biais mes infos collectées sur Facebook uniquement car cela concerne les problématiques qui sont en corrélation avec mon profil professionnel de Community manager.

Ma cure de désintox et donc mon régime ne sont sans doute pas terminés encore mais je garde l’esprit ouvert et c’est grâce aux retours de mes contacts que je suis sur la voie de la guérison.

Alors si vous aussi, vous avez des suggestions, n’hésitez pas. C’est comme cela que l’on progresse et que je pourrais retrouver ma ligne ! 🙂

6 réflexions au sujet de « Comment j’ai soigné (et soigne encore) mon infobésité »

  1. Isabelle,

    Parfois, une opération chirurgicale peut être préconisée 🙂 Je suis tout à fait d’accord avec ton bilan… Le principe étant d’effectuer le bon diagnostic…
    Les médicaments ne sont pas « légion » 🙂 Tu parlais de scoop it que j’utilise personnellement de plus en plus au détriment de hootsuite.
    La vraie problématique est de faire une veille la plus pertinente possible et la partager avec une stratégie préalablement définie. Les agrégateurs de flux participent à cette infobésité. Mais la curation est une notion vaste…
    Enfin, j’utilise Paper li.

    Enfin, voici un excellent article de l’agence Editoile : « Choisir ses outils de curation web » : http://bit.ly/YL2U96

    Bonne soirée.

    • Merci pour ton complément d’analyse Hervé, c’est très instructif. 😀
      Tout à fait d’accord avec toi quant à la pertinence des contenus : j’apprends, j’apprends à privilégier la qualité à la quantité, à éviter la redondance.
      Lentement mais sûrement, c’est en forgeant qu’on devient forgeron….
      Merci également de nous faire part de cet article pour aider au choix des outils de curation mais si je reste pour l’instant fidèle à mon bon vieux Scoop.it ! 😀
      Très bonne soirée à toi également.

  2. Isabelle, tu as bien identifié le problème. Et merci d’avoir partagé ta prescription médicale 😀 La bonne nouvelle est que l’infobésité n’est pas une maladie incurable ! Nous sommes nombreux à avoir succombé à la tentation de Scoop-it pour partager et diffuser sur tous les réseaux sociaux le même contenu (d’un simple clic !). Or, s’il y a bien une règle qu’il faut s’efforcer de respecter dans le community management, c’est celle de varier le contenu en fonction de la plateforme sociale.

    Pour utiliser Scoop-it à bon escient, l’idéal est d’identifier quel contenu mérite sa place sur tel ou tel réseau social, de sorte à publier rarement le même contenu sur plusieurs réseaux. Et du coup, la fréquence des publications (par réseau social) est diminuée, même si on publie toujours autant de contenu finalement.Cet effort peut rendre la curation un peu plus longue au début, mais avec le temps cette gymnastique devient une habitude.

    En clair, il faut respecter la ligne éditoriale du réseau social visé. Pour un usage BtoB, on peut citer quelques exemples : sur Twitter, tout contenu concernant les entreprises et les secteurs d’activités (plus ou moins proches de celui du client). Sur Facebook, les contenus visuels et les actualités du secteur d’activité (du client). Sur LinkedIn, les études sur les secteurs d’activités. Ces exemples sont donnés à titre purement indicatif. A chacun de choisir la ligne éditoriale.

  3. Merci Isabelle pour votre article qui vient éclairer quelques unes de mes interrogations sur la gestion de la diffusion de l’information sur les réseaux.

    Débutant dans cette activité personnelle depuis peu, j’ai aussi découvert Scoop.it qui me semblait être une solution facile. Mais votre article et les commentaires précédents me prouvent qu’il ne suffit pas d’emmagasiner beaucoup d’infos pour les publier, mais qu’une « stratégie » est nécessaire.

    Je vais donc essayer de suivre vos conseils en sélectionnant du contenu de qualité et ainsi entamer ma cure, en partant de très loin…

    Encore merci à tous 🙂

    • Merci Damien pour votre commentaire. Je m’aperçois ainsi que nous sommes plusieurs à tenter de soigner notre infobésité en entamant une cure que j’espère bénéfique pour tous ! 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s