Des ronds dans l’O

Virginia Woolf

Angleterre, mars 1941. Virginia Woolf longe les bords de la rivière Ouse. Elle ramasse une pierre, la soupèse et observe le cours d’eau. Elle songe à la bataille féroce que le monde se livre à lui-même et qu’elle se livre à elle-même. Tout ce qui l’a amenée sur ce rivage prend vie dans d’éclatantes réminiscences, symboles de l’extrême force de ses sentiments : sa passion pour son amante Vita Sackville-West, sa tendresse pour son mari, l’irremplaçable Leonard, et la douleur de perdre les siens. Ses œuvres nourries de ces sentiments ont révolutionné la littérature et ont fait passer à la postérité l’une des plus grandes autrices de ce monde.