Au cœur du marketing d’influence

Si vous avez l’habitude de lire mon blog et mon activité en général sur les principaux réseaux sociaux, vous savez que je m’intéresse à plusieurs sujet ayant trait au digital. L’une de mes marottes du moment ? Les influenceurs… ou plutôt l’influence (vous verrez d’ailleurs qu’en plus de cet article, j’ai encore d’autres bien d’autres axes en tête sur cette thématique 😉).

Pourquoi cette thématique ? Premièrement, parce que c’est l’un des sujets du moment (un peu trop à mon goût d’ailleurs car finalement on en vient à répéter les mêmes choses). De plus, comme vous le savez, je fais également du conseil/formation Social Média, cela fait donc partie de mon métier de me tenir informée des tendances…

On lit beaucoup de choses sur les influenceurs et par extension sur le marketing d’influence… Ce qui me « contrarie » dans ces différentes actualités ? La tendance amène à dire qu’influencer est devenu un métier en soi. J’avoue avoir beaucoup de mal avec ce concept car pour ma part, cela reviendrai presque à dire que l’on construit sa communauté dans l’unique objectif de transformer cette activité en cash… et oui, cela me pose problème… voire « déontologiquement », cela me choque. Car loin de moi cette conception clairement affichée de merchandising (on parle beaucoup de placement de produits ces temps-ci en particulier pour les personnes issues de la télé réalité et notamment la célèbre pilule qui fait maigrir…). Or pour moi, cela ne constitue pas réellement une influence mais plutôt une récupération financière de son « audimat » en quelque sorte.

Ce qui, à mon sens, ne fait que fausser l’image que l’on a généralement des influenceurs… et du marketing d’influence. Car la caricature existe des deux côtés de la barrière… et c’est fort dommage. Il convient donc de revenir aux fondamentaux…

hommessandwichs

Si je vous parle de ce sujet, ce n’est évidemment pas un hasard. En effet, j’ai eu le plaisir d’assister à plusieurs conférences/workshops à l’occasion de l’InfluenceDay (qui s’est tenu le 14 novembre dernier). J’aimerai faire un Focus sur la conférence « Influenceurs : nous ne sommes pas des hommes sandwich » avec Olivier Cimelière, Catherine Cervoni, Chris Kapongo d’Hyconiq et Anaïs Lerma de Parisianovores. J’ai trouvé cet événement particulièrement utile car il permet, à mon sens, de rétablir les véritables caractéristiques d’un influenceur tel que je le conçoit.

influence day table rond

Une présentation rapide des intervenants :

  • Catherine Cervoni  est attachée de Presse, attachée d’influence, attachée média et également blogueuse. Elle a développé une très forte communauté sur Twitter (depuis 2012). Elle représente une partie B2B et tout ce qui est nouvelles technologies, IT et marketing.
  • Olivier Cimelière, est un ancien journaliste, responsable communication, blogueur et aujourd’hui Directeur conseil dans une agence d’influence Euro Agency.
  • Chris Kapongo, d’Iconiq s’est fait connaître sur YouTube, plus particulièrement même s’il a commencé par un blog. Mais il a vite switché sur cette plateforme. Il représente plutôt le côté B2C puisqu’il mélange des vidéos d’un assez long format où il mélange stratégie marketing et hip hop, lifestyle. Il a également créé la série « Lifestyle décodeur » où il aborde la stratégie marketing au travers du hip hop notamment qu’il a développé et qui du coup a créé la marque Iconiq).
  • Anaïs Lerma est plutôt sur Instagram (B2C). Elle a commencé aussi comme blogueuse au niveau des restaurants, du fooding et de plus en plus vers le tourisme.

Q1 – Comment sont-ils devenus influenceurs ?

Catherine a commencé à s’intéresser aux profils des blogueurs lorsqu’elle était conseil en relations médias, dans les années 2010. Elle souhaitait travailler avec eux et pour mieux comprendre leur univers, a créé son propre blog. Ce qui lui a permis de partager son vécu, son métier, son expertise. C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée dans un classement d’influenceurs.

Pour Olivier, cela a commencé un peu par hasard, dans le cadre de son métier. En cherchant à atteindre un nouveau public. Avec peu de moyens, il a eu l’idée de créer un blog pour s’adresser à cette nouvelle cible (clients, collaborateurs, usagers). Un bon moyen d’écoute, d’observation, de partage d’expertise et de rayonnement de son entreprise mais aussi un espace de partages, de rencontres. Il a ainsi constaté la valeur ajoutée d’un tel outil. Il a ensuite rédigé régulièrement des articles sur son métier. Son expérience antérieure de journaliste l’a également aidé à se faire connaître de par ses anciens confrères.

Pour Chris, cela a débuté par le souhait de mettre les chances de son côté pour trouver un stage. Il a vite compris l’intérêt d’être sur les réseaux sociaux pour partager une passion également. Les opportunités se sont présentées peu à peu. S’il a finalement opté pour un format vidéo, c’est parce que cela lui correspondait mieux et que son audience y est plus présente, de par son interactivité.

Pour Anaïs, tout est parti de son envie de partager des bonnes tables à moins de 15€ avec ses amis. Issue d’une formation en marketing digital, elle a donc créé son blog comme un laboratoire d’expériences. C’est via son profil Facebook que les choses ont démarrées puis elle a s’est très vite réorientée sur Instagram qui lui a notamment permis de développer la viralité de son blog.

Q2 – Comment voyez-vous l’influence et à quoi vous a t-elle servie ?

Pour Chris : le terme d’influenceur est galvaudé car l’on a en tête la blogueuse mode qui se prend en selfie et fait du placement de produits qui produit des posts sponsorisés en quantité. Or l’influenceur peut avoir plusieurs objectifs. L’ambition de Chris, était plutôt de travailler son personal branding en vue de sa future activité, apporter sa « patte », son univers également. Il a su créer une « attention » auprès d’une audience donnée.

Pour Olivier : tout dépend de ce que l’on entend par le mot influence. Depuis toujours, chacun dans ses fonctions, dans ses pouvoirs a toujours cherché à être influent. Une première finalité. Et ces personnes-là essayaient effectivement de s’entourer de personnes qui essayaient de porter leur voix (par exemple, avoir le soutien d’écrivains, de journalistes, etc.). Cela s’est ensuite structuré avec des agences RP, et même d’influences. C’est à la fois connaître les mondes législatifs et réglementaires, c’est bien sûr parler aux médias, c’est parler à des gens clés de son secteur pour faire valoir ses opinions, ses produits… Ce qui est la base même du métier d’influence. Avec les réseaux sociaux, l’appellation d’influenceur se résume à la promotion de produits dont certains réussissent à en faire un métier. Toutefois, il ne pense pour autant pas que ce métier soit pérenne. Et il existe plusieurs sortes d’influenceurs. Pour rappel, l’influence dans sa forme la plus basique est le bouche-à-oreilles. Il s’est juste trouvé amplifié par les médias sociaux car il permet à des personnes qui n’avaient pas accès avant à l’expression aussi large, qui par le biais d’un selfie, d’un Insta, de tweets… peuvent toucher des gens, des publics auxquels ils n’étaient pas exposés auparavant. De là à en faire un métier, il y a des écoles pour ça…

Q3 – Selon l’étude menée par Cision, 84 % des marketeurs considèrent l’influence comme une nouvelle forme de publicité. Catherine, comment vois-tu l’avenir de l’influence ? Le considère tu comme un métier, ne serait-ce qu’à court terme ? Ce côté publicité pourrait-il « casser » le marché ? Quelle est ta vision de la chose ?

Capture d’écran 2018-11-25 à 18.04.23.png

Pour Catherine, plus qu’influenceurs, l’ensemble des intervenants de la table ronde se considèrent plutôt comme des e-influenceurs car ils évoluent uniquement sur les réseaux sociaux. Sachant que l’on est en général influenceur sur un seul réseau social… que ce soit Instagram, Twitter, Facebook… Mais la taille de la communauté ne fait pas tout. En effet, il est essentiel de prendre en compte la qualité de cette audience et des contenus de l’infuenceur pour s’assurer qu’il y a bien corrélation entre les deux.

Certains ont décidé de faire de l’influence leur métier. Ce qui lui rappelle notamment le fameux publicitaire Jacques Seguela :

 

C’est effectivement une forme de publicité, une façon de magnifier un produit. Une marque a toute une équipe d’artistiques qui gère cette partie. Mais il est intéressant, en effet, de rendre ses lettres de noblesse à la publicité en passant par des gens (influenceurs) qui ont une autre vision, une capacité de création, la capacité de connaître, de parler d’un produit/service. Sachant que le plus difficile en B2B est l’acquisition de connaissances techniques qu’ils vont mettre plus de temps à acquérir. Plus qu’une connaissance du look du jour ou de la cosmétique qui est importante certes mais plus facile techniquement.

Q4 – Anaïs, que penses-tu de cette vision du marketing d’influence comme étant de la publicité ? Est-ce que tu as un exemple où tu as travaillé avec une marque dont c’était l’objectif. Quelle est, selon toi, la frontière à ne pas dépasser ?

Pour Anaïs, une demande de partenariat rémunéré pour parler d’un produit/service la met quelque peu mal à l’aise. Mais tout dépend en fait, de la vision qu’en a l’influenceur. Ainsi, un partenariat nécessite de passer par de la création de contenus notamment c’est donc pour elle plutôt la juste rémunération du temps passé et de l’expertise nécessaire à la mise en avant du produit/service. Ainsi, le plus important pour elle est de privilégier la cohérence entre la marque dont elle aurait a parler et ses propres valeurs, sa ligne éditoriale ainsi puis, la pertinence par rapport à sa communauté. Car il arrive souvent qu’elle reçoive des demandes qui ne sont pas du cohérentes.
Est-ce que l’influence est un métier ? Tout dépend de ce que l’on y voit. Est-il possible d’en vivre ? Oui mais elle pense pour autant que ce n’est pas un métier pérenne. Ce qu’elle a pu observer est que certains infuenceurs font levier sur leur communauté pour vendre leurs services services, que ce soit dans la photographie, la création de contenus voire pour monter une agence RP sans que cela soit forcément lié d’ailleurs à leurs réseaux sociaux/blog.

Q5 – Chris comment travaille-tu avec les marques ? Quels types de partenariats te propose t-on par rapport à ta communauté

Chris n’a quasiment jamais accepté de partenariat excepté à une reprise, avec une chaîne de télé. Rappelons qu’à la base, l‘objectif de Chris était de valoriser son expertise, ses compétences, en bref, sa propre marque (personal branding). De plus, il était bien conscient qu’un partenariat avec des marques « streetwear » (plutôt haut de gamme) ne pratiquent pas ce type de collaboration à moins d’une très très grosse influence. S’il ne fait pas de partenariat, c’est avant tout, les vidéos de Chris ne sont pas une finalité mais un moyen de développer son activité. En effet, devenu média avec Hiconiq, il est également consultant en stratégie digitale avec des clients qui ont besoin de créations de contenus ainsi que des artistes musicaux qui recherchent du conseil. Hiconiq est donc une marque qui a vocation à créer d’autres produits. En principe, Chris n’a rien contre un partenariat, à la condition qu’il soit cohérent avec sa ligne éditoriale et son audience. Sa communauté jeune et qui sont très au fait des tendances (aux Etats-Unis par exemple) comprendrait vite si une publication n’était pas en adéquation.

Q6 – Dans le B2B, comment travaille t-on avec les marques ? Y a t-il des différences ?

Selon Olivier, la seule différence est la taille des publics cibles. Il n’a rien contre d’éventuels partenariats néanmoins, il souhaite garder la liberté de sa ligne éditoriale, parler des thématiques qui l’intéresse et sélectionner librement ses sujets : il acceptera par exemple des études, des interviews de dirigeants (parce que l’approche de sa société l’intéresse), bref des contenus qui apportent une vraie valeur ajoutée. Il ne souhaite pas être un homme sandwich. L’avantage d’Olivier ? Etre un ancien journaliste. Il a donc conservé certains réflexes. Il est parfois sollicité par des marques qui n’ont a priori fait de ciblage préalable et proposent donc des partenariats qui n’ont aucune pertinence par rapport à sa ligne éditoriale et/ou sa communauté. Si ce qu’on lui propose des idées qui sont dans la ligne éditoriale de son blog , si cela fait sens, que cela peut apporter un plus pour ses lecteurs, il pourra l’accepter. Mais avec une vraie démarche journalistique derrière. La seule chose que l’on pourrait assimiler à de l’influence (voire de la vente), c’est parce que ce serait une démonstration d’expertise, d’une capacité d’analyse. La plupart du temps, ce que recherchent les marques chez un influenceur sont sa capacité à engager sa communauté, à relayer des informations mais pas forcément de création de contenus. Pourtant, c’est bien la création de contenus qui est un facteur clé.

Catherine, quant à elle, confirme l’invraisemblance de certaines propositions de partenariat (pour mémoire, elle a l’avantage de pratiquer elle-même le métier d’attachée d’influence). Cette profession requiert de faire une approche qualitative des influenceurs et de prendre le temps d’engager le dialogue avant de faire une proposition. Il existe de nombreux outils pour faciliter le ciblage d’influenceurs mais ceux-ci se limitent le plus souvent à faire un tri par taille de communauté. Or pour avoir un fichier d’influenceurs vraiment pertinent, il faut apprécier la qualité de son travail (ligne éditoriale, contenus, interactions avec la communauté, engagement de la communauté, etc.). La recherche d’influenceurs reste donc une tâche chronophage et parfois fastidieuse mais elle valorisera d’autant plus la marque à l’occasion d’un partenariat, créant par la même occasion un rapport gagnant/gagnant.

NDLR : il existe de nombreux outils pour constituer un fichier d’influenceurs (BuzzSumo, LaunchMetrics, Brand24, Followerwonk…). Néanmoins, ils sont répertoriés en fonction de la taille de la communauté, ce qui est insuffisant.

Q7 – Pourriez-vous citer des marques pratiquant un marketing d’influence qui vous a séduit ? Quelles sont les marques qui vous inspirent, des expériences qui vous ont plus ?

Pour Chris, le marketing d’influence d’Apple est bien maîtrisé, notamment au travers de sa campagne « Beats by Dre ». Une audience bien ciblée, à la fois large mais néanmoins sur une niche (middle influenceurs). Car ce n’est pas la taille de la communauté qui « crée » un influenceur mais les personnes qui sont « crédibles » auprès d’une cible définie.

Anaïs reconnaît un intérêt pour les petites marques qui prennent le temps de connaître vraiment leurs influenceurs cibles. Elles connaissent leur travail et vont sélectionner au maximum 10 personnes. A contrario, les grandes marques ont tendance à faire du matraquage, ciblant ainsi une masse d’influenceurs dont la communauté est importante. Ce qui constitue un effet de lassitude.

Q8 – Anaïs, tu as évoqué une campagne Coca-Cola que tu as beaucoup aimé. Pourrais-tu nous en parler ?

En effet, Anaïs a été contacté par une agence RP représentant Coca-Cola. La marque souhaitait en effet lancer 10 bouteilles à l’effigie des quartiers Parisiens et proposer d’y faire une balade des lecteurs de son blog. L’agence l’a donc identifiée et contactée. Elle avait alors toute liberté pour valoriser son quartier et engager sa communauté autour de bons plans et donc créer entièrement son contenu. Le partenariat ne portait pas sur du placement de produits, ce qui le rendait attrayant.

Q9 – Oivier, dans ta nouvelle fonction chez Euro Agency, proposez-vous à vos clients certains influenceurs avec qui ils pourraient collaborer. Comment les choisissez-vous ? 

L’approche de l’agence est avant tout de s’approprier la problématique du client avant même de proposer un dispositif. Si cela peut être pertinent, nous mettons en place un dispositif de marketing d’influence. Le plus souvent, parce que ce sont des demandes spontanées d’influenceurs et il y en a beaucoup. Pour revenir sur la question de marques inspirantes en matière de marketing d’influence, l’approche de Fleury Michon l’a particulièrement séduit. L’opération était d’autant plus intéressante que, culturellement, les entreprises du secteur alimentaire, montrent peu leurs usines de production. C’est pour Olivier l’exemple même d’une mécanique d’influence vertueuse. Il est primordial qu’une marque (plutôt que de faire du matraquage) prenne le temps de connaître le travail de l’influenceur et qu’il y ait cohérence entre les deux.

Q10 – L’un de vous quatre s’est-il déjà inscrit sur une plateforme d’influenceurs ?

Olivier a testé une plateforme dont la promesse était au départ séduisante. L’idée étant de créer son profil, ses centres d’intérêts. L’objectif de l’outil étant de ne recevoir que des CP ou autres concernant son secteur d’activité, son expertise, etc. Mais la promesse n’a pas été au rendez-vous puisqu’il il s’est fait inondé de demandes par forcément bien ciblées. Il s’est donc désabonné.

De mémoire, Chris s’est s’inscrit sur une ou deux plateforme mais du fait de son positionnement, cela semblait plus difficile de le solliciter. Il est sur une niche particulière (lifestyle, hip hop). De plus, Chris cherche surtout à développer le côté agence en brand management et ensuite de développer sa marque (Hiconiq). Dans l’absolu il n’est pas contre un partenariat à condition que celui-ci soit pertinent et raccord avec son univers et non un simple matraquage. Cela consistait à proposer une offre ou un produit à tester et aux influenceurs de s’inscrire.

En tant que blogueuse en revanche, Anaïs n’est pas du tout intéressée par ce type de fonctionnement. Elle nous précise d’ailleurs qu’il n’y a aucune intervention humaine derrière ces plateformes. Le filtre pour les influenceurs repose uniquement sur la taille de la communauté et les propositions des annonceurs sont normées (souvent sous forme de pack, avec un tarif imposé), ce qui fait que l’influenceur perd sa « patte » et contribue au matraquage de la marque sur les réseaux sociaux.

Q11 – D’après l’étude réalisée par Cision, 78% des marketeurs, croire que nous sommes tous influenceurs ». Qu’en pensez-vous ?

Pour Catherine, tous sommes effectivement tous des influenceurs (prescripteurs ?). Elle a d’ailleurs rédigé une tribune à ce sujet se moquant des pyramides d’influence.

BLOG-Pyramide-Influenceurs3

D’abord les célébrités, les macro influenceurs, puis les micros influenceurs puis les nano influenceurs (égal à 10) maintenant on arrive aux piko influenceurs ou encore du femto-influenceur.
Alors pourquoi vouloir devenir influenceur ? Qu’est-ce que cela apporte concrètement ? Est-ce dans le but de soutenir une cause, pour gagner de l’argent en faisant de la publicité ? Attirer par du content marketing, faire du brand management ? Le « je suis influenceur » parce que j’ai posté quelques photos ? Catherine a beaucoup de mal avec ce principe.

Pour ce qui est de l’avis de Chris, contrairement à une idée répandue, tout le monde ne peut pas être influenceur. Car cela représente beaucoup de travail, que l’on rémunère. Ecrire un article (recherche des sources), monter une vidéo, combien de temps faut-il, lorsque l’on travaille dans le cadre d’un partenariat, pour créer du contenu… Il faut cesser de croire au mythe de l’influenceuse qui poste une photo et gagne 200 000 €. Si certains influenceurs y parviennent, ce n’est pour autant pas pérenne. Cela nécessite une véritable expertise et beaucoup de travail.

Q12 – Nous n’avons pas abordé la question de la pertinence du contenu publié par les influenceurs. Que pouvez-vous nous en dire ? 

Chris pense en effet que la question de la pertinence et surtout de la crédibilité sont importantes. Car l’une des principales dérives est de ne pas être forcément la « voix » la plus pertinente pour prendre la parole sur un sujet donné. Etre passionné par son sujet est un minimum. L’influenceur doit garder en tête la valeur ajoutée qu’il peut apporter à son audience : est-ce du simple divertissement, est-ce une veille sur certaines thématiques, traiter des sujets intéressants (et pertinents), est-ce que l’on apporte des réponses, est-ce que l’on va motiver…

Selon Olivier, la question de la pertinence est souvent biaisée dans de nombreux domaines et l’obsession des chiffres. Nous connaissons tous des pseudo influenceurs dont la communauté est très importante (des communautés à 90 000/100 000 followers) mais qui ont un nombre quasi équivalent de followers/followés. Certaines pratiques sont hélas courantes comme l’achat de followers, le mass following.
Il faut aussi rappeler que les agences doivent rendre des comptes à leurs clients quant aux tailles des communauté, les taux d’engagement… Ce qui fait la véritable influence est de garder à l’esprit que l’on s’installe dans le temps auprès de sa communauté. Ce qui signifie aussi que l’on vous accorde une certaine crédibilité.

Catherine nous rappelle que l’une des dérives peut être aussi la prise de parole d’un influenceur qui n’aura aucune légitimité pour intervenir sur un sujet donné qui pourrait générer du buzz. Mais rappelons que le buzz n’est pas l’influence : le buzz est éphémère tandis que l’influence se construit dans le temps.

Q13 – La confiance est-elle réciproque entre un influenceur et sa communauté ? Faut-il créer un label « je suis un vrai influenceur » ?

Pour Anaïs et plus particulièrement ce qui concerne Instagram, le public est généralement très jeune. Il n’est donc pas forcément évident pour eux de savoir si un contenu est sponsorisé ou non. Certaines agences pratiquent la politique de l’autruche car toujours sous la pression des clients qui leur réclament des chiffres avant tout. Parmi les indicateurs permettant de repérer des fake influenceurs, il est là encore indispensable de s’intéresser au contenu produit. Il devient facile de les démasquer si celui-ci est pauvre ou peu pertinent.

Chris est en total accord avec Anaïs sur ce point. Les jeunes peuvent aisément se laisser berner. Les agences d’influences peuvent être également trompées par les chiffres, etc. Comme nous l’avons déjà précisé, il existe de multiples façons de tromper les agences sur la taille des communauté dont des comptes fake. Pourquoi ? Parce que cela signifie que la rémunération de l' »influenceur » sera proportionnel à la taille de sa communauté. Le jeu peut donc être totalement faussé et il faudra rapidement pouvoir détecter ces faux comptes.

NDLR : il existe des outils pour cela. Notamment, StatusPeople (pour Twitter), Twitter AuditHypeAuditor (pour Instagram)… et d’analyses de KPI. Les comptes sont-il certifiés ?  Croissance de la communauté : les comptes d’influenceurs ont généralement une croissance stable qui évolue sur le long terme mais si vous remarquez des pics,  10 000 nouveaux abonnés en une journée par exemple, suivis d’une perte de followers les jours suivants, vous pouvez être sûr que la personne a acheté des abonnés.
Engagement : une personne suivie par plusieurs centaines de milliers de personnes mais dont les photos ne génèrent qu’une cinquantaine de réactions a très certainement gonflé sa communauté artificiellement. Ce qui définit un influenceur n’est pas son nombre d’abonnés mais la relation qu’il entretient avec eux. Autrement dit l’interaction avec sa communauté (attention toutefois ! Les interactions, tout comme les followers, peuvent aussi s’acheter par pack de 100, 1000 ou même 100 000 ! Un nombre de likes ou commentaires anormalement élevé peut donc être suspect également.
Taux d’engagement : selon Makerly, un taux d’engagement naturel est généralement compris  entre 1 et 5% par rapport au nombre d’abonnés. Pour calculer le taux d’engagement d’un profil : il faut diviser le nombre d’interactions sur les publications récentes par le nombre d’abonnés du compte et multipliez par 100 (%).

Pour Olivier, certaines agences sont complices directement (ou indirectement) de ce système. Car elles manquent de culture digitale, d’un manque d’intérêt pour les mécaniques d’influence digitale. Certaines d’entre elles voient une grosse communauté comme un gage d’influence. Or cela n’est pas forcément significatif. Il existe plusieurs outils pour cela à condition de savoir les utiliser et faire le tri et s’intéresser a minima aux influenceurs eux-mêmes. En croisant toutes ces informations, il est possible de détecter les fake. Quant à la capacité des communautés de repérer ce qui est fake ou pas, je ne parlerai pas que des jeunes. Quand on voit à quelle vitesse circulent les fake news sur nos réseaux sociaux, souvent parce les contenus ne sont pas lus, il arrive que l’on se laisse prendre au piège.

Capture d_écran 2018-11-25 à 18.04.23

Pour Catherine, en ce qui concerne la publicité, il suffit de voir l’exemple du laboratoire avec ses pilules amincissantes,  on comprend pourquoi l’agence de régulation de la publicité est intervenue pour obliger maintenant à indiquer « post sponsorisé » car, en effet, c’est à cet organisme d’intervenir pour encadrer. Au final, le digital n’est pas différent d’une pub télé, radio, magazine, etc.

En conclusion :

Comme je l’indiquais en début d’article, cette table ronde fort intéressante replace dans son contexte la définition d’un influenceur, loin des stéréotypes. Elle permet d’avoir un regard plus éclairé sur le marketing d’influence.

Ma journée sans Big Data – par Vincent Barberot

Dans la continuité de mon dernier article « Ma journée Big Data » et du défi lancé d’essayer de passer une journée entière sans alimenter aucunement la bête, Vincent Barberot a joué le jeu. Il vous donne sa réponse à la question « est-ce possible ? ». Je lui laisse la parole…

A/ Mythe ou réalité ? De quoi l’on parle ?

Réponse courte : mythe, car je n’ai pas réussi. Une fois que l’on a dit cela, nous n’avons rien dit en fait. Peut-on le définir concrètement ?

L’expression en elle-même est fausse, car la donnée n’a jamais été « big« , ne l’est pas et ne le sera jamais. La donnée est un atome dans le système d’informations de l’entreprise ou dans le Web.

Par contre, ce qui est « big« , c’est l’usage de la donnée, c’est le mode de captation, ce sont les lieux de captation et la liste est « big«  justement.

De ce fait, une journée sans Big Data serait une journée déconnectée (de tout et pas seulement des médias sociaux). J’ai donc fait la liste des objets connectés que j’utilise, elle n’est pas « big«  : ordinateur, smartphone, carte de crédit, carte vitale et compteur Linky.

Je peux supprimer la carte vitale : jamais malade et carte non mise à jour suite au renouvellement de ma mutuelle. Je peux supprimer l’ordinateur, j’ai fait cet été une semaine sans lui. Je peux supprimer aussi la carte de crédit, je n’ai vraiment pas besoin de faire des achats tous les jours, ni de retraits.

Sur les 5 objets, 3 ont déjà été supprimés. Je n’ai pas de montre ou du moins, je n’ai pas remis de pile depuis des années, j’utilise mon smartphone qui me sert de réveil. Je dirai même que c’est sa fonction principale, donc je suis bel et bien connecté toute la journée et toute la nuit avec un simple objet. Ma lumière, donc mon électricité et mon eau chaude, passe par mon compteur Linky donc je ne peux pas le supprimer non plus.

Une journée sans Big Data est donc un mythe face à l’être interconnecté que nous sommes devenu, consciemment ou inconsciemment. L’intérêt est de s’interroger sur ce que l’on veut pour nous : tous au Larzac ? Avec la démission récente du Ministre de l’Ecologie, les différents projets de vie non connectés ont refait surface.


B/ Ma journée « sans bigdata »

La journée « sans Big Data » a autant de sens que la journée de la femme, la journée de la paix, … la liste est longue. Il y a une journée pour tout, ce qui supprime le sens de cette même journée. C’est aussi montrer que le reste du temps, nous n’y pensons pas, donc c’est avouer notre échec. Justement, comme je l’ai précisé dans la partie précédente, une journée « sans Big Data » n’est pas possible. 

En tout cas la mienne, c’est limitée à mon compteur Linky. Pour faire mes courses, j’ai utilisé la monnaie que j’avais tout en utilisant les caisses automatiques. C‘est comme cela que j’ai découvert qu’il y en avait une deuxième sur les six qui acceptait le paiement en espèces, les autres étant dédiées au paiement par carte bancaire. Il se trouve justement que l’intervention humaine a été nécessaire : les pièces passaient mais n’étaient pas déduites du montant dû. Il se trouve que ce jour-là, le montant était le montant exact que j’avais dans mon porte-monnaie.

Au lieu d’être toute la journée devant l’ordinateur, j’ai fait le choix de ranger mon studio, choix que j’avais reporté de nombreuses fois avant cela. C’est là où je me suis rendu compte du parallèle que l’on pouvait faire entre une pièce non rangée et le Big Data : c’est le même problème, on ne s’y retrouve plus. Symbole de tout cela : une vielle montre retrouvée, dont la pile est usée et que je n’avais pas encore changée.

Je suis allé faire un footing, sans montre connectée ou appli sportive, et cela m’a rappelé que le rythme biologique, n’est pas le rythme numérique. En fait le second doit respecter le premier si nous ne voulons pas être en burnout numérique. Le problème du Big Data est que la croissance des données est exponentielle alors que la nôtre est arithmétique. L’économie numérique avec son hyper croissance progresse exponentiellement, l’économie traditionnelle progresse arithmétiquement.

C/ Big Data et dépendance : ma drogue

Une journée sans Big Data, c’est reconnaître une dépendance, tout comme on peut être dépendant de la drogue, du tabac ou de l’alcool. La journée de la Femme, c’est reconnaître qu’on l’oublie tous les autres jours. On ne peut pas faire une journée sans femme, l’homme serait perdu, on voit bien qui dépend de qui. La dépendance du Big Data a pour client l’économie numérique, qui a basé son hypercroissance sur la publicité. Et donc sur les données de l’utilisateur. La gratuité du produit/service entraîne l’utilisateur dans sa dépendance (et le transforme ainsi en fournisseur). L’utilisateur devient donc accro et éprouve de plus en plus le besoin de faire des cures de désintoxication. L’utilisateur devient ainsi dépendant du système qu’il condamne lui-même : la publicité. Comme nous pouvons donc le voir, 1984 est devenu une réalité et ce n’est pas fini : la réalité peut dépasser la fiction.

 

 

D/ Historique du dealer « Big Data »

Le drogué, c’est donc l’économie entière avec dans le rôle du trafiquant, nous-même. La première étape, la financiarisation de l’économie dès 1945 et le nouvel ordre mondial qui s’est créé avec comme symbole Bretton Woods. La seconde étape, la numérisation de l’économie dès les premières années de l’informatique, aux environs de 1985. La troisième étape va bientôt arriver, on peut la fixer à 2025, c’est l’automatisation de l’économie avec l’intelligence artificielle. Je ne suis pas un anti-finance, un anti-informatique ou un anti-intelligence artificielle. 

Le problème ne vient pas de l’outil, il vient de son usage. Surtout que leur développement s’est fait en silo, sans connexion avec le reste de l’économie. Tous les trois se sont développés en captant toutes les données. L’hypercroissance de l’économie numérique assèche le financement de l’économie traditionnelle. C‘est d’autant plus vrai que l’introduction en Bourse est le salut de l’économie numérique et donc accentue la financiarisation au profit de l’économie numérique. L’intelligence artificiellement issue de l’économie numérique va amplifier encore le phénomène, cela va donc donner une auto-interdépendance entre les 3, au détriment de tout le reste.

Quand on greffe un cœur artificiel, c’est pour remplacer le cœur d’origine. Donc l’intelligence artificielle a pour objectif de remplacer notre propre intelligence. Pourquoi ? Elle est malade ? Le Big Data alimente l’intelligence artificielle, car elle doit tout réapprendre pour être efficace. L’intelligence artificielle doit réapprendre de nos trois cerveaux : boîte crânienne (cerveau humain, la pensée), les intestins (cerveau du corps), la Nature (cerveau spirituel, l’esprit).

Quand on parle d’intelligence artificielle, on pense aussi à la « smart city » qui est une ville connectée.En plus des objets connectés qui la composent, les humains connectés y contribuent aussi (grâce à la cybernétique et donc au Big Data, fournisseur officiel de la drogue data). Mais pour quels usages réels dans nos vies hyperconnectées ?

 

Qui est Vincent ?

« Attiré assez tôt par l’entreprise, j’ai fait le choix d’un baccalauréat Sciences Economiques et Sociales pour comprendre le monde, suivi d’une formation commerciale, bien qu‘ayant déjà un intérêt grandissant pour l’informatique, autre moyen de comprendre le monde. Cette approche me permet d’avoir une vision globale et de proposer des solutions tout aussi globales, grâce aux données qui font la synthèse de l’ensemble au niveau macro-économique et micro-économique. »
Retrouvez-le sur LinkedIn

 

Qui sera le(a) prochain(e) à relever le défi de passer une journée entière sans contribuer au Big Data ? 😉

 

De la nécessité des chartes de modération

Au travers de cet article, je souhaite revenir sur un point important de community management : la modération. Si vous êtes un jeune Community Manager, peut-être n’avez-vous jamais entendu parler de la « nétiquette ». Et pour rendre hommage aux célèbres paroles de « La Bohème » de Charles Aznavour : je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… 😁

netiquette

Alors, qu’est ce que la nétiquette ? Elle fait son apparition en octobre 1995, par l’intermédiaire de Sally Hambridge (alors collaboratrice chez Intel). Elle visait à établir une norme de bonne conduite sur les premiers médias sociaux : forums, mails, chats et plus généralement Internet. Si l’on devait résumer son contenu en une phrase, on pourrait dire que : « ce que vous ne feriez pas lors d’une conversation réelle face à votre correspondant, ne prenez pas l’Internet comme bouclier pour le faire ». Je vous invite à consulter le document original qui regroupe les différents points qui y sont abordés : https://tools.ietf.org/html/rfc1855.

Pour rappel, voici les principales « règles », que je vais essayer de résumer (à noter que je ne répertorie ici qu’une partie, je vous explique pourquoi au long de mon article 😉):

  • le langage SMS est mal vu ;
  • L’écriture en capitales est considérée comme une parole criée, il est donc préférable d’éviter de l’utiliser.
  • L’écriture de données confidentielles est à éviter, puisque la majorité des moyens d’échanges électroniques peut être sujet à des défaillances ou à des écoutes.
  • On veillera à adapter le contenu de son message en fonction du contexte et de l’interlocuteur. En francophonie, on utilise fréquemment le tutoiement sur les forums, les chats, sans que cela soit considéré comme grossier ou familier. Mais le vouvoiement reste de rigueur pour des correspondances plus formelles.
  • La nétiquette veut que lorsqu’un internaute répond à un message, il ne cite pas la totalité du message original mais uniquement, le cas échéant, les parties spécifiques auxquelles il répond et, si nécessaire, des éléments du contexte avant ou après. Le fait, très répandu, de répondre au-dessus du message et de citer tous les messages est, selon la nétiquette, a éviter. Cette façon de faire est appelée « top-posting ».
  • Un pourriel est un courriel (mail) qui ressemble fort à un spam ou un canular informatique, c’est-à-dire de l’information non vérifiée (on parle aujourd’hui de fake news) et souvent retransmise par des personnes de bonne volonté et parfois crédules, qui demande à être vérifiée. Il existe des sites ( dont HoaxBuster, toujours d’actualité) permettant de vérifier la véracité du contenu de ce genre de courriel. De toute manière, dans le doute, il est de coutume de ne pas transmettre ce genre de contenu à ses connaissances.
  • Que ce soit sur les forums, Usenet ou dans les listes de diffusion (on pourrait parler aujourd’hui des notifications de Facebook et autres réseaux sociaux), en plus des règles liées à l’usage de l’écrit, il est mal vu de poser une question dont la réponse aurait pu être trouvée moyennant une recherche préalable, ou de la poser plusieurs fois à différents endroits. Sur les sujets communs, la plupart des questions ont souvent déjà été posées et les réponses données.
  • Un utilisateur d’Usenet(1) est invité à ne pas participer à un groupe dès qu’il l’a rejoint. Il prend d’abord quelques semaines pour assimiler quelques discussions récentes, repérer les participants réguliers (qui seront sans doute ceux avec qui il faudra le plus souvent vivre), et identifier les questions qui fâchent. En particulier, un risque de poster sans assimiler est de poser une question qui a été le sujet d’un violent débat pendant plusieurs semaines et qui s’est conclu il y a quelques jours. Commettre cette action déclenche souvent un flot de « flames(2) » et engendre une réputation d’intervenant peu sérieux. La personne qui se livre à ce genre d’activités, consciemment ou non, est un troll (personne qui participe à une discussion ou un débat sur un espace social informatisé et suscite ou nourrit une polémique, perturbant l’équilibre de la communauté concernée). Un troll peut être « naïf », ce n’en est pas moins un troll.
  • La politesse sur IRC veut que l’utilisateur ne trolle pas, ne fasse pas de pub et ne perturbe pas le bon fonctionnement du chat. Auquel cas les modérateurs (les ops) se verront dans l’obligation de l’expulser (kick) voire de le bannir. En général les titres des canaux indiquent que tout manquement aux règles se verra suivi d’un bannissement (ban).

Si je devais résumer ici l’intérêt de cette nétiquette, je dirai qu’elle est l’ancêtre des chartes de modération que nous autres modérateurs utilisons généralement pour les communautés (je pense notamment aux pages/groupes Facebook et, de façon plus globale, à l’ensemble des communautés en ligne).

Au même titre que la nétiquette, la charte de modération n’a aucune valeur juridique mais permet de faciliter la gestion d’une communauté. En effet, elle assoit l’ « autorité » de l’administrateur (le plus souvent, le Community Manager) et permet de justifier son action. Je conseille toujours fortement aux entreprises de la mettre en place sur leurs différents espaces. Car qui accepte de faire partie d’une communauté, en accepte tacitement les règles… dont acte.

Sachez également que la charte de modération permet à l’administrateur de protéger sa communauté. On l’oublie trop souvent mais celui-ci doit aussi veiller au respect des membres entre eux. Il sera ainsi amené à arbitrer des situations conflictuelles, apaiser les débats trop houleux, lisser une conversation, recarder le débat, etc.

Elle peut aussi permettre, le cas échéant de réguler une crise (bad buzz) à condition bien sûr de ne pas être dans la censure mais seulement d’appliquer les conditions de la charte. J’ai personnellement vécu cette situation (sacrément riche d’enseignements et formateur) et il est couramment admis que l’on y recoure. Attention cependant et je tiens à attirer votre attention sur ce point, l’objectif n’est pas de « museler » les membres de la communauté mais seulement de faire respecter les règles de bienséance. De plus, cela peut s’avérer risqué de procéder ainsi car cela pourrait avoir un effet « Streisand » et attirer davantage la vindicte populaire (contre productif donc). Enfin et surtout, une censure ne fera qu’inciter les internautes à déplacer le « débat » ailleurs. Retirant par là même tout moyen d’action de l’entreprise/marque. Car s’il est une autre règle d’or, c’est de rester, autant que faire se peut, dans un espace « propriétaire », dont on maîtrise l’environnement.

Petit bonus : pour vous aider dans la rédaction de votre charte de modération, voici quelques exemples concrets de chartes de différentes entreprises :
https://www.scoop.it/t/communitymanagementactus/?&tag=Charte+de+mod%C3%A9ration

 

 

(1) Usenet : Usenet est un système en réseau de forums, inventé en 1979
(2) Flame : Le flaming ou flamebait, anglicisme que l’on peut traduire par « propos inflammatoire », est une pratique consistant à poster des messages délibérément hostiles, insultants et généralement avec l’intention de créer un conflit sur un groupe de discussion (sur Usenet), un forum (sur un site web) ou une liste de diffusion (par courrier électronique). De tels messages sont appelés flames. Une séquence d’échange de flames est connue sous le nom de flame war. Il s’agit généralement d’une « explication » ou « engueulade »entre contributeurs.
Le flaming n’a jamais pour but d’être constructif, d’éclaircir une situation ou de convaincre quelqu’un. La motivation du flaming n’est pas dialectique mais plutôt sociale ou psychologique. Les « flameurs » essayent de s’imposer par la force, l’intimidation, la dissuasion ou la persuasion plutôt que par la discussion.
Le flaming est à distinguer du trolling, qui est l’envoi de messages dans le but de créer une controverse interminable. Les deux produisent souvent le même genre de résultat : une baisse notable du rapport signal-bruit du groupe ou de la liste, souvent motivé par l’intention de détourner l’attention du sujet principal.

 

Twitter Moments ou Storify ?

Vous en avez certainement entendu parler ? Twitter vient d’officialiser la mise à disposition de Moments pour tous les utilisateurs. L’intérêt ? Vous permettre d’éditorialiser une série de tweets (rapport à un évènement par exemple) et leur diffusion à votre audience. Je précise tout de suite que Moments n’est pour l’instant accessible que via le web et le mobile. Et pour créer votre Moment, vous devrez passer obligatoirement par la version web (en attendant le déploiement à tous les devices).

Comment faire pour créer un Moment ? Rendez-vous sur votre profil, un bouton «Créer un nouveau Moment» doit apparaître. Pas de panique s’il n’est pas présent, il est déployé progressivement pour l’ensemble des utilisateurs. Les applications mobiles devraient suivre rapidement.

Afin de me faire une idée plus juste de son utilisation, j’ai moi-même réalisé un Moment que vous pouvez visionner en format pdf ici (j’ai pensé à tous, ceux qui sont présents sur Twitter et ceux qui ne le seraient pas encore 🙂 ). Je reviendrai sur ce point dans quelques instants.

Concrètement, lorsque vous créez un Moment, les options qui s’offrent à vous sont les suivantes :
selection-tweets-moments

Bien sûr, avant l’arrivée de cette fonctionnalité sur Twitter, vous avez sans doute utilisé d’autres outils pour faire « le job » ? Pour ma part, j’ai toujours eu un petit faible pour l’outil Storify que je trouve bien pratique ! Et je dois bien avoir que, pour le moment du moins, je ne suis pas encore prête à l’abandonner… Pourquoi ?

Tout d’abord, Storify vous permet de créer votre « histoire » non seulement à partir de tweets mais également à partir d’autres sources comme le montrent les screenshots ci-dessous :

Vous pouvez voir sur la partie droite de l’écran les réseaux sociaux d’où vous pouvez extraire des données :
screenshot-storify-criteres

Pour un exemple un peu plus concret, on peut à la fois extraire du contenu de Facebook et de Twitter :
screenshot-storify-test

Voici donc quelques unes des raisons qui m’amènent à surveiller les prochaines évolutions de Twitter Moments :

  1. Twitter Moments ne se limite pour le moment qu’aux seuls tweets ! Ce qui peut être gênant si l’on souhaite créer une « story » à partir du contenus de différents réseaux sociaux (et éviter, accessoirement, d’avoir à faire le même travail sur chacune des plateformes). Il est vrai cependant que cette fonction est idéale pour créer une liste de vos tweets préférés.
  2. Si vous souhaitez créer un contenu à partir des tweets que vous avez aimés, il vous faudra donc liker tous les tweets que vous voulez utiliser. Ce qui peut être contraignant mais, je vous l’accorde, permet a posteriori d’augmenter l’engagement et donc le reach desdits tweets. Je vous conseille plus d’utiliser la « recherche de tweets » qui est la moins contraignante… Elle a pour avantage (non négligeable) de vous permettre de combiner différentes recherches selon votre besoin.
  3. Personnellement, je trouve que Moment n’est pas (encore) très ergonomique : en effet, si Twitter a toutefois pensé à configurer l’outil pour la version web et mobile,  le look de l’histoire est un peu triste. A contrario, Storify, qui propose deux présentations différentes, vous permettra, en plus d’un simple fil de tweets, d’obtenir une version de type diaporama interactif.
  4. En outre, et c’est fort dommage, Moments ne permet pas (encore) de faire l’articulation entre plusieurs contenus. Storify vous permet en outre, d’écrire des commentaires (format texte) entre chaque contenu(tweet, post, etc.) que vous aurez sélectionné.

Il reste encore quelques points à affiner et sur lesquels j’ai encore quelques interrogations :

  1. Quid des notifications pour les tweetos qui sont « cités » dans le Moment ? Sont-ils notifiés ? Ou faut-il obligatoirement faire un retweet du « Moment » pour le faire ? Storify permet notamment, d’envoyer un tweet aux twittos concernés pour les en informer…
  2. Quid de l’engagement sur un « Moment » ? Quels retours/portées en attendre ? Comment l’optimiser ?

En résumé, Twitter Moments promet d’être un outil très intéressant sous réserve que les options soient plus développées et que la diffusion de ces contenus ne soit pas uniquement axés sur Twitter. Responsables de Twitter, si vous me lisez, n’hésitez pas à me faire un retour sur la roadmap 😉 Je suis joignable sur Twitter à @ClementIsa

Et vous, quel(s) outil(s) utilisez-vous pour « éditorialiser » votre contenu ? Connaissez-vous d’autres outils que Storify ? Pouvez-vous nous en parler ? Quelle(s) différence(s) majeures avec Twitter Moments ?

On ne sait jamais, peut-être est-ce un moyen d’aider Twitter à optimiser son outil au mieux selon les besoins de chacun 😉

La vidéo live (live streaming) en questions

livestreamingPlus que jamais d’actualité, les applications/fonctionnalités de vidéo live sont particulièrement décriées depuis, notamment le suicide en direct d’une jeune fille sur Periscope. Toutefois, l’application n’est pas la seule à être montrée du doigt. Facebook Live, Meerkat, Instagram, SnapChat et YouTube (avec Connect) sont également dans le viseur.

Dérives de la vidéo live

Dérives réseaux sociaux

A titre d’exemples, on peut notamment recenser quelques unes des dérives mises en évidence :

  • En janvier dernier, un prisonnier se filme en direct de sa cellule depuis la prison de Béziers (sans aucun doute un pied de nez à l’administration pénitentiaire) via Periscope
  • En mai, aux Etats-Unis, trois adolescents ont séché les cours pour aller filmer leur relation sexuelle sur Facebook Live
  • En début d’année, une américaine de 18 ans filme et diffuse le viol de son amie sur Periscope
  • En avril, deux jeunes de 15 et 16 ans ont diffusé, toujours sur Periscope, une vidéo dans laquelle ils frappent un passant

Si l’on parle beaucoup de Periscope du fait de son actualité récente, il est aussi bon de rappeler qu’en matière de vidéos (qui ne sont pas forcément en live) cette application n’a pas l’exclusivité. Ainsi SnapChat a également été décrié à l’occasion de vidéos, diffusées en janvier 2001, mettant en scène la maltraitance de personnes âgées par de jeunes stagiaires (précision : il ne s’agit pas là de vidéos en direct mais de vidéos éphémères).

Lire la suite