Sensibilisation réseaux sociaux – Vidéos

Face aux dangers représentés par les réseaux sociaux pour tout individu et plus particulièrement les jeunes, il paraît indispensable de les sensibiliser. A cet effet, plusieurs initiatives ont été lancées faisant suite, notamment, à la série de suicides chez les adolescents. Ainsi, on se souviendra d’Amanda Todd, jeune canadienne de 15 ans, qui s’est donné la mort le 10 octobre 2012 suite au harcèlement qu’elle a subi sur internet et Facebook. Cet été, en Angleterre, c’est la jeune Hanna Smith, âgée de 14 ans, qui s’est pendue après avoir été harcelée sur le réseau social Ask.fm.

Amanda Todd

Plus que la mise en cause des réseaux sociaux en eux-mêmes (David Cameron, Premier Ministre Britannique a en effet appelé au boycott du réseau social Ask.fm), il convient avant tout de veiller à sensibiliser les « personnes à risques » dont font essentiellement partie les adolescents. Mais il convient également de sensibiliser les adultes (parents) qui ont (trop) souvent tendance à se réfugier derrière la non-maîtrise des nouvelles technologies.

Ainsi, l’association Cyber Smile vient-elle de diffuser une vidéo choc mettant en scène la vie d’une jeune fille dont la santé mentale se dégrade au fur et à mesure des attaques dont elle est la cible sur Internet. Un film bouleversant et alarmant qui recommande aux victimes de cyber intimidation de ne pas répondre aux attaques pour ne pas aggraver la situation. Une vidéo que je vous conseille fortement de diffuser à votre entourage !
Cyber intimidation

Cyber smile

A visualiser également la vidéo (FranceReplayTV) de sensibilisation aux dérives que peuvent entraîner les réseaux sociaux. Publié sur YouTube le 21 août 2013, il s’agit d’un documentaire d’une heure sur les conséquences de partager des informations personnelles sur le réseau social Facebook : La folie Facebook

Enfin, lors du dernier Festival de Toronto (du 5 au 15 septembre 2013), Walter Woodman et Patrick Cederberg, jeunes réalisateurs, ont pu présenter « Noah », court métrage tourné sur un ordinateur : Noah – Attention, certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des internautes !

imageSon action se déroule entièrement à travers des écrans d’ordinateur et d’iPhone. Réalisé par Walter Woodman et Patrick Cederberg, tout juste diplômés de l’Université de Ryerson, le film raconte la vie online de Noah Lennox (Youporn-Facebook-Chatroulette-Skype…) et du déclin de la relation avec sa petite amie.

Vidéo de sensibilisation sur l’addiction des médias sociaux et l’intrusion/stalking que cela peut entraîner en matière de dérives.

Un début de réponse ? Eraser : Une loi californienne protège l’e-réputation des jeunes. Une loi qui montre déjà ses limites (car réservé uniquement aux mineurs de cet Etat) et dont l’application en France est encore loin d’être acquise.

Et vous, qu’en pensez-vous ? 🙂

Les réseaux sociaux sont-ils un danger pour les adolescents ?

Si les réseaux sociaux, Facebook en tête, ont été largement adoptés par les adolescents, ceux-ci sont encore loin d’en maîtriser tous les aspects. Pour rappel, en octobre 2012, Amanda Todd, jeune américaine de 15 ans se suicide suite au harcèlement dont elle est victime sur internet puis sur Facebook. Autre cas plus récent, celui d’Hanna Smith, jeune anglaise de 14 ans, harcelée quant à elle sur le réseau social Ask.fm et retrouvée pendue par sa sœur le 2 août.

S’il est courant de condamner les réseaux sociaux en question et les dérives que ceux-ci entraînent, il s’agit là d’un faux débat. De tout temps et depuis qu’internet existe, nous assistons à ces dérives qui ne sont pas dues à un mauvais fonctionnement mais bien à une mauvaise utilisation voire un détournement des fonctionnalités de base.

 ados réseaux sociaux

Les adolescents sont une cible d’autant plus facile qu’ils ont encore une vision déformée des réseaux sociaux. Véritable phénomène de mode qui échappe encore aux parents, les réseaux sociaux sont un espace d’expression de prédilection pour ces jeunes. Plus qu’être populaire dans la vraie vie, les réseaux sociaux sont pour eux une opportunité supplémentaire de se mettre en avant (voire pour certains de se recréer une identité).
C’est pourquoi ils mettent en scène leur vie, affichant leurs joies, leurs peines, leurs photos/vidéos. Ils font la course à la popularité, avec pour objectifs d’attirer le maximum de commentaires, de « like », de réactions. N’hésitant pas à se dévoiler et à se mettre en danger. Ainsi, certains d’entre eux indiquent leur véritable identité, affichent leurs données personnelles (adresse, téléphone, date de naissance, écoles, etc.). Persuadés qu’ils contribuent ainsi à leur popularité, ils donnent un maximum de détails sur leur vie, s’affichent pour certains sans censure, pensant qu’ils sont protégés.
Il en est de même pour la notion d’« amis » sur le réseau social. Car s’il commence à tisser son premier réseau d’amis par ses véritables amis dans la vraie vie (IRL), le jeune finit par accepter de loin en loin les amis d’amis, puis de parfaits inconnus.

C’est ainsi que les adolescents offrent leur vie en pâture au moindre internaute ou presque. Et c’est là qu’ils courent un vrai danger car ils sont à la merci de tous.

Si les réseaux sociaux sont un danger pour les adolescents c’est aussi parce que les parents ne connaissent peu ou pas leur fonctionnement. Le plus souvent, ces derniers se « contentent » de faire confiance à leurs enfants, pensant qu’ils maîtrisent les risques et sont de toute façon beaucoup plus connaisseurs. Ce qui est un faux sentiment car si les générations présentes et futures sont effectivement de plus en plus familières des nouvelles technologies de manière générale, elles n’en maîtrisent pas pour autant tous les aspects.

En conclusion, plutôt que de boycotter les réseaux sociaux tels que le préconisent certains pays, mieux vaut apprendre à appréhender ces nouveaux moyens d’expression. Encore une fois, ce ne sont pas les réseaux sociaux en eux-mêmes qui sont dangereux mais l’utilisation qui en est faite. Cette étape de sensibilisation est plus qu’essentielle. Point que j’aborderai dans un prochain article.

En attendant, si vous souhaitez réagir, n’hésitez pas. Vos avis sont les bienvenus ! 🙂