Ma journée sans Big Data – par Vincent Barberot

Dans la continuité de mon dernier article « Ma journée Big Data » et du défi lancé d’essayer de passer une journée entière sans alimenter aucunement la bête, Vincent Barberot a joué le jeu. Il vous donne sa réponse à la question « est-ce possible ? ». Je lui laisse la parole…

A/ Mythe ou réalité ? De quoi l’on parle ?

Réponse courte : mythe, car je n’ai pas réussi. Une fois que l’on a dit cela, nous n’avons rien dit en fait. Peut-on le définir concrètement ?

L’expression en elle-même est fausse, car la donnée n’a jamais été « big« , ne l’est pas et ne le sera jamais. La donnée est un atome dans le système d’informations de l’entreprise ou dans le Web.

Par contre, ce qui est « big« , c’est l’usage de la donnée, c’est le mode de captation, ce sont les lieux de captation et la liste est « big«  justement.

De ce fait, une journée sans Big Data serait une journée déconnectée (de tout et pas seulement des médias sociaux). J’ai donc fait la liste des objets connectés que j’utilise, elle n’est pas « big«  : ordinateur, smartphone, carte de crédit, carte vitale et compteur Linky.

Je peux supprimer la carte vitale : jamais malade et carte non mise à jour suite au renouvellement de ma mutuelle. Je peux supprimer l’ordinateur, j’ai fait cet été une semaine sans lui. Je peux supprimer aussi la carte de crédit, je n’ai vraiment pas besoin de faire des achats tous les jours, ni de retraits.

Sur les 5 objets, 3 ont déjà été supprimés. Je n’ai pas de montre ou du moins, je n’ai pas remis de pile depuis des années, j’utilise mon smartphone qui me sert de réveil. Je dirai même que c’est sa fonction principale, donc je suis bel et bien connecté toute la journée et toute la nuit avec un simple objet. Ma lumière, donc mon électricité et mon eau chaude, passe par mon compteur Linky donc je ne peux pas le supprimer non plus.

Une journée sans Big Data est donc un mythe face à l’être interconnecté que nous sommes devenu, consciemment ou inconsciemment. L’intérêt est de s’interroger sur ce que l’on veut pour nous : tous au Larzac ? Avec la démission récente du Ministre de l’Ecologie, les différents projets de vie non connectés ont refait surface.


B/ Ma journée « sans bigdata »

La journée « sans Big Data » a autant de sens que la journée de la femme, la journée de la paix, … la liste est longue. Il y a une journée pour tout, ce qui supprime le sens de cette même journée. C’est aussi montrer que le reste du temps, nous n’y pensons pas, donc c’est avouer notre échec. Justement, comme je l’ai précisé dans la partie précédente, une journée « sans Big Data » n’est pas possible. 

En tout cas la mienne, c’est limitée à mon compteur Linky. Pour faire mes courses, j’ai utilisé la monnaie que j’avais tout en utilisant les caisses automatiques. C‘est comme cela que j’ai découvert qu’il y en avait une deuxième sur les six qui acceptait le paiement en espèces, les autres étant dédiées au paiement par carte bancaire. Il se trouve justement que l’intervention humaine a été nécessaire : les pièces passaient mais n’étaient pas déduites du montant dû. Il se trouve que ce jour-là, le montant était le montant exact que j’avais dans mon porte-monnaie.

Au lieu d’être toute la journée devant l’ordinateur, j’ai fait le choix de ranger mon studio, choix que j’avais reporté de nombreuses fois avant cela. C’est là où je me suis rendu compte du parallèle que l’on pouvait faire entre une pièce non rangée et le Big Data : c’est le même problème, on ne s’y retrouve plus. Symbole de tout cela : une vielle montre retrouvée, dont la pile est usée et que je n’avais pas encore changée.

Je suis allé faire un footing, sans montre connectée ou appli sportive, et cela m’a rappelé que le rythme biologique, n’est pas le rythme numérique. En fait le second doit respecter le premier si nous ne voulons pas être en burnout numérique. Le problème du Big Data est que la croissance des données est exponentielle alors que la nôtre est arithmétique. L’économie numérique avec son hyper croissance progresse exponentiellement, l’économie traditionnelle progresse arithmétiquement.

C/ Big Data et dépendance : ma drogue

Une journée sans Big Data, c’est reconnaître une dépendance, tout comme on peut être dépendant de la drogue, du tabac ou de l’alcool. La journée de la Femme, c’est reconnaître qu’on l’oublie tous les autres jours. On ne peut pas faire une journée sans femme, l’homme serait perdu, on voit bien qui dépend de qui. La dépendance du Big Data a pour client l’économie numérique, qui a basé son hypercroissance sur la publicité. Et donc sur les données de l’utilisateur. La gratuité du produit/service entraîne l’utilisateur dans sa dépendance (et le transforme ainsi en fournisseur). L’utilisateur devient donc accro et éprouve de plus en plus le besoin de faire des cures de désintoxication. L’utilisateur devient ainsi dépendant du système qu’il condamne lui-même : la publicité. Comme nous pouvons donc le voir, 1984 est devenu une réalité et ce n’est pas fini : la réalité peut dépasser la fiction.

 

 

D/ Historique du dealer « Big Data »

Le drogué, c’est donc l’économie entière avec dans le rôle du trafiquant, nous-même. La première étape, la financiarisation de l’économie dès 1945 et le nouvel ordre mondial qui s’est créé avec comme symbole Bretton Woods. La seconde étape, la numérisation de l’économie dès les premières années de l’informatique, aux environs de 1985. La troisième étape va bientôt arriver, on peut la fixer à 2025, c’est l’automatisation de l’économie avec l’intelligence artificielle. Je ne suis pas un anti-finance, un anti-informatique ou un anti-intelligence artificielle. 

Le problème ne vient pas de l’outil, il vient de son usage. Surtout que leur développement s’est fait en silo, sans connexion avec le reste de l’économie. Tous les trois se sont développés en captant toutes les données. L’hypercroissance de l’économie numérique assèche le financement de l’économie traditionnelle. C‘est d’autant plus vrai que l’introduction en Bourse est le salut de l’économie numérique et donc accentue la financiarisation au profit de l’économie numérique. L’intelligence artificiellement issue de l’économie numérique va amplifier encore le phénomène, cela va donc donner une auto-interdépendance entre les 3, au détriment de tout le reste.

Quand on greffe un cœur artificiel, c’est pour remplacer le cœur d’origine. Donc l’intelligence artificielle a pour objectif de remplacer notre propre intelligence. Pourquoi ? Elle est malade ? Le Big Data alimente l’intelligence artificielle, car elle doit tout réapprendre pour être efficace. L’intelligence artificielle doit réapprendre de nos trois cerveaux : boîte crânienne (cerveau humain, la pensée), les intestins (cerveau du corps), la Nature (cerveau spirituel, l’esprit).

Quand on parle d’intelligence artificielle, on pense aussi à la « smart city » qui est une ville connectée.En plus des objets connectés qui la composent, les humains connectés y contribuent aussi (grâce à la cybernétique et donc au Big Data, fournisseur officiel de la drogue data). Mais pour quels usages réels dans nos vies hyperconnectées ?

 

Qui est Vincent ?

« Attiré assez tôt par l’entreprise, j’ai fait le choix d’un baccalauréat Sciences Economiques et Sociales pour comprendre le monde, suivi d’une formation commerciale, bien qu‘ayant déjà un intérêt grandissant pour l’informatique, autre moyen de comprendre le monde. Cette approche me permet d’avoir une vision globale et de proposer des solutions tout aussi globales, grâce aux données qui font la synthèse de l’ensemble au niveau macro-économique et micro-économique. »
Retrouvez-le sur LinkedIn

 

Qui sera le(a) prochain(e) à relever le défi de passer une journée entière sans contribuer au Big Data ? 😉

 

USA : Facebook et immobilier

FB immo

Aux Etats-Unis, un bon profil Facebook facilite l’obtention d’un prêt immobilier.

Les réseaux sociaux sont tellement intégrés aux Etats-Unis, qu’ils semblent même être pris en compte pour des décisions telles que l’obtention d’un prêt immobilier.

Une pratique qui, je l’espère, n’est pas prête d’arriver en France. Serait-il seulement imaginable, de devoir créer ses profils médias sociaux à seule fin de servir de « caution » ? Dans des secteurs aussi sérieux que la banque, l’assurance, l’immobilier ?

Comment peut-on imaginer en arriver à de telles extrémités ? S’il fallait encore un prétexte pour insister sur la gestion de ses paramètres de confidentialité. Ou alors faut-il envisager de se créer un profil « bien sous tout rapport » spécifiquement pour les établissements de ce type ? Jusqu’où irait-on alors dans la « violation » de la vie privée ? Comment les autorités pourraient-elle justifier de telles pratiques ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Comment les réseaux sociaux façonnent notre notion de la vie privée

Alors que près de 5% des enfants disposent d’un profil sur un média social avant 2 ans, des chercheurs ont décortiqué pendant 7 ans* des profils d’utilisateurs sur Facebook pour étudier l’évolution de notre comportement de protection des données de vie privée. Leur étude offre une lecture inédite de l’évolution de la comportements et de la notion de vie privée chez les utilisateurs des réseaux sociaux.

See on www.viuz.com

Marc L***

Le Tigre est revenu, dans son volume 30, dans un article intitulé « Marc L. Genèse d’un buzz médiatique », sur l’emballement généré par ce « Portrait Google » .

Isabelle Clément‘s insight:

Un article qui date de 2009 mais qui reste plus que jamais d’actualité et qui met bien en évidence tout ce que nous laissons comme traces sur les différents médias sociaux.

L’étude serait plus déconcertante encore en 2013 !

See on www.le-tigre.net

Attention à vos actes sur les médias sociaux !

Image Les exemples sont de plus en plus nombreux sur les médias sociaux, licenciement, attaques pour diffamation, suppression d’émissions (dernier en date avec Julien Courbet : http://www.degroupnews.com/actualite/n8457-troll-france_televisions-julien_courbet-twitter-web_20.html), etc.Faites attention à ce que vous dites et exprimez sur les réseaux sociaux !

Premièrement, avant de vous inscrire, sachez si vous souhaitez exposer votre vie personnelle ou créer votre vitrine professionnelle et tenez vous-y ! En effet, il est fortement déconseillé de mélanger les deux univers car cela peut vous amener à divers dérapages qui peuvent coûter cher…

Vous voulez être présent à titre personnel ? Quelques précautions sont à prendre.
Le plus souvent vous irez sur Facebook ou sur Google+. Attention aux informations que vous fournissez. Elles vous semblent au premier abord privées mais sachez que ces informations si elles sont divulguées, seront partagées à un moment ou à un autre. Vous n’êtes pas sur un espace propriétaire ou sur votre journal intime !
Mon petit conseil ? Partez du principe que tout ce que vous publiez appartient à Facebook ou Google. Gérez vos paramètres de confidentialité et tenez vous régulièrement informés des modifications. Ne mélangez pas vos « amis » avec vos collègues de travail.
Internet n’oublie pas donc pensez à ce que donneront vos photos, commentaires etc. dans quelques années, ne seront-ils pas compromettants ? On n’y pense malheureusement pas toujours.

Vous voulez être présent à titre professionnel ? Tout d’abord, essayez de faire en sorte que vos deux profils (pro et perso) ne se recoupent pas, car vous ne communiquerez pas de la même façon envers un futur employeur, qu’envers un ami ou un membre de votre famille.
Là encore, pensez à vos paramètres de confidentialité, à vote ligne éditoriale (de conduite), à ce que vous souhaitez présenter. Que ce soit sur Facebook, Viadeo, LinkedIn, ou sur des réseaux plus spécialisés comme Digikaa ou Open2Leads.
Vous y présenterez davantage votre parcours professionnel, vos goûts s’ils ont un rapport avec votre métier, pourrez vous constituer un réseau professionnel (il ne s’agit pas là de vous faire des amis mais de vous créer des opportunités !!!).

Quoiqu’il en soit, faites bien attention à ce que vous publiez sur les médias sociaux. Cela laisse des traces pas toujours positives et peuvent vous nuire. N’oubliez pas que même si vous parlez en votre nom mais que vous vous êtes clairement identifié(e) comme un salarié d’une entreprise ou représentant d’une marque, vous l’engagez également !

Pensez-y avant de vous jeter sur votre clavier ou de vous laisser emporter par un coup de nerfs ! A bon entendeur… 😉